Roman historique

La salle de bal – Anna Hope

Résumé du titre

 

Pour avoir cassé une des fenêtres de la filature où elle travaillait depuis l’enfance, Ella est envoyée à l’asile de Sharston. Après avoir tenté de s’échapper, elle finit par comprendre que le meilleur moyen de sortir est de suivre les régles. Au cours de son séjour, elle découvre que l’asile utilise la musique comme une des approches médicales avec notamment l’organisation d’un bal réunissant hommes et femmes chaque vendredi. C’est au cours d’un bal du vendredi soir qu’elle fait la rencontre de John qui va réveiller en elle l’espoir et l’envie de découvrir de nouveaux horizons.

 

Mon ressenti

 

Nouveau coup de coeur pour le deuxième roman d’Anna Hope ! Moi qui avait beaucoup adoré son premier roman, Le chagrin des vivants, j’ai trouvé La salle de bal magnifique !

 

Nous voilà plongés en Angleterre, début du XXème siècle, dans un asile, Sharston. Le récit alterne entre 3 voix sur 4 périodes. Cette manière de dérouler le récit permet au lecteur de connaitre le point de vue de chacun des personnages sur les différents évènements, de comprendre comment vivaient les hommes et les femmes au sein de l’asile et de comprendre les différentes idées médicales en vigueur sur les personnes internées.

La salle de bal fait curieusement écho à L’étrange disparition d’Esmé Lennox puisqu’Ella se retrouve à Sharston pour un acte considéré comme dangereux par et pour la société. De même avec le personnage de Clemency et son intérêt pour la littérature. Encore une fois, on découvre que les femmes étaient facilement internées contre leur gré pour des actions contraires à celles imposées par la société ou pour le fait d’être parfois plus instruises que les hommes ou refusant tout simplement le destin choisi par leurs familles.

John, le patient que rencontre Ella, est un personnage où plane le mystère sur la raison de sa présence, on sait peu de choses sur lui mais possède un aspect rassurant et va malgré lui provoquer de nombreux évènements. A travers lui, l’auteur aborde de loin la question de la dureté de la vie en Irlande et la manière dont étaient perçus les Irlandais en Angleterre.

Le dernier personnage principal est Charles, médecin à Sharston. Il s’agit du personnage le plus ambigüe et troublant du roman. Si l’auteur le présente comme un médecin sympathique cherchant à aider ses patients, en désaccord avec certaines pratiques médicales, rapidement le personnage se transforme et cherche à se transformer lui-même.

L’histoire entre John et Ella est magnifique avec finalement peu de dialogues mais des lettres débordant d’espoir et d’envies de liberté.

La fin est particulièrement émouvante et m’a profondément touchée.

 

Dans son roman, Anna Hope nous fait découvrir le contexte historique, sociétal et médical et en particulier la montée en puissance de la notion d’eugénisme. Ainsi, j’ai découvert que des scientifiques, des hommes politiques évoquaient la possibilité de pratiquer des campagnes de stérilisation sur les plus pauvres et aliénés afin de purifier la race, parmi ces figures se trouve Winston Churchill ce qui l’a rapidement fait descendre dans mon estime.

 

Un premier roman réussi, un deuxième roman magnifique où l’auteur a su retranscrire l’époque et toutes ses composantes, où l’émotion est omniprésente. La note de l’auteur à la fin du roman permet de comprendre d’où viennent toutes ses émotions. Un roman magnifique qui méritait amplement sa récompense du Grand prix des lectrices Elle 2018.

J’attend désormais avec impatience son troisième roman ! Si vous n’avez pas encore lu La salle de bal, je vous le conseille vivement ! Un immense coup de coeur pour ce deuxième roman ! 

 

Publicités

2 commentaires sur “La salle de bal – Anna Hope

Les commentaires sont fermés.